A propos du Coenobita

Coenobita Clypeatus

 

♦ Quelles sont les caractéristiques de cet animal ?

Le terme "Coenobitae" désigne une famille de crustacés terrestres, de l'ordre des Décapodes (possédant 10 pattes au total, dont 2 pinces ou chélipèdes). Cette famille est représentée par deux genres : les Coenobita sp. ("bernard-l'hermite" ou "bernard-l'ermite" terrestres) comprenant 16 espèces au total et le Crabe de cocotier (Birgus latro).

L'abdomen des Coenobita est mou et vulnérable face aux prédateurs naturels, c'est pour cette raison que ceux-ci sont obligés de porter une coquille de gastéropodes afin de se protéger d'éventuelles attaques et éviter la dessication.

Les œufs étant pondus dans la mer, les premiers stades de développement larvaires des Coenobita se déroulent donc dans le milieu marin. Puis, lorsque le stade de maturation est arrivé, notre cher bernard l'hermite terrestre, encore sous forme de larve (appelée mégalope), va sortir de son environnement aquatique et se trouver une coquille pour protéger son abdomen mou : c'est en effet un terrible point faible contre ses prédateurs.

Il faut savoir que les Coenobita adultes sont tellement bien adaptés à la vie terrestre qu'ils peuvent se noyer si on les plonge trop longtemps dans l'eau. La famille des Coenobitae est en effet une des rares familles de crustacés entièrement adaptés à la vie terrestre à l'âge adulte. Pour ce faire, ils possèdent des branchies évoluées qui sont adaptées à la respiration sur la terre ferme. Le Crabe de cocotier est quant à lui tellement bien adapté à la vie terrestre qu'il ne porte même plus de coquille à l'âge adulte.

Le régime alimentaire des bernard-l'hermite terrestres est essentiellement détritivore (ce qui leur vaut d'être qualifiés  "éboueurs des plages"). Leur alimentation omnivore est extrêmement variée : viande, poisson, fruits, légumes, plantes, déjections et même des concrétions calcaires. 

Dans leur milieu naturel, les Coenobita doivent trouver des points d'eau afin de maintenir leur abdomen humide et surtout s'abreuver. 

Leur longévité est assez conséquente (elle varie cependant selon les espèces) : des spécimens sont connus pour être restés en vie pendant plus de 30-40 ans dans des cas exceptionnels. Globalement, on peut estimer à 10-20 ans leur espérance de vie en captivité, s'ils sont maintenus dans de bonnes conditions (et j'insiste sur ce point) et recueillis assez jeunes et en bonne santé.

Le processus de croissance se fait par mue successive avec expulsion de l'ancien exosquelette. Pendant cet événèment particulièrement délicat, les Coenobita s'enfouissent dans le sable. 

Les bernard-l'hermite terrestres sont présents dans de nombreuses régions du monde, en particulier sur l'ensemble de la zone Indo-Pacifique, mais aussi au niveau de l'Océan Atlantique (Caraïbes et Amérique centrale), la côte Pacifique de l'Amérique (de la Californie au Chili), l'Australie, certaines régions côtières africaines ou bien la péninsule arabique.

En général, ils peuplent les milieux côtiers tropicaux se caractérisant par une forte hygrométrie et une chaleur importante. Bien que vivant le plus souvent proches des côtes, certaines espèces peuvent cependant s'enfoncer assez loin à l'intérieur des terres. Leurs mœurs sont avant tout nocturnes mais ils peuvent avoir une activité diurne non négligeable. Les Coenobita sont des animaux grégaires, ayant une vie sociale intense. Ils vivent d'ailleurs souvent dans des colonies pouvant atteindre plusieurs centaines d'individus. 

 

♦ D'ou viennent les noms "Coenobita" et "bernard l'hermite" ?

Pour la petite histoire, le terme Coenobita provient du grec "κοινός" and "βίος" ("koinos" et "bios", signifiant en commun et vie) et a la même étymologie que l'ordre monastique Cénobite, désignant des moines vivant en communauté, contrairement aux ermites, solitaires. Le terme Coenobita est donc une sorte de jeu de mot qui fait référence au nom vernaculaire donné à la super famille contenant ce genre, les Paguroidea, appelés plus communément bernard l'hermite. En effet, les Coenobita peuvent vivre dans des colonies de plusieurs centaines d'individus.

Le nom "bernard l'hermite" qui est invariable au pluriel, provient de "bernart l'ermito", mot de l'occitan languedocien et a commencé à être utilisé dans la langue française au XVIème siècle. Le mot "bernat" est probablement le nom propre "Bernard" qui était très employé à cette époque comme sobriquet pour désigner certains animaux. On parlait, par exemple, du "bernat-blanc" pour désigner le héron aigrette, du "bernat-pescaïre" (le bernat pêcheur) pour désigner le héron, du "bernat-pudent" (l'animal qui pue) pour désigner la punaise. Quant à "l'hermite" ou plutôt "l'ermite" en français d'aujourd'hui, c'est ainsi tout naturellement celui qui s'introduit dans un logis vide pour y vivre en solitaire, comme un ermite.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site